Zelda fête ses 35 ans : retour sur une expérience personnelle de la saga | AlloParadise, le blog

Zelda fête ses 35 ans : retour sur une expérience personnelle de la saga

PAR LA RÉDACTION, le 21 février 2021

News Jeux Vidéo

La licence Zelda


En 35 ans, The Legend of Zelda, c’est une vingtaine de jeux, environ 100 millions d'exemplaires vendus et plus de 3 générations touchées par cette licence.


Emblème de Nintendo, la licence créée par Shigeru Miyamoto et Takashi Tezuka a su s’imposer, et se réinventer au fil des années. Sans parler des remakes, dont on risque de ne pas manquer étant donné la direction que prend le studio ces derniers temps, et la facilité qu’il a à nous proposer une belle quantité de remake sur la Nintendo Switch. La licence sort pour le première fois sur Famicom le 21 février 1986 au Japon sous le nom surprise de “The Legend of Zelda”. L’Europe devra attendre le mois de novembre de l’année suivante pour pouvoir y jouer. Nous n’allons pas faire une rétrospective ou un historique complet de la saga, vous avez déjà Wikepedia pour ça, mais revenons tout de même sur certains opus marquants.


La découverte de la licence Zelda (The Legend of Zelda: Link’s Awakening)


La découverte de Zelda ne s'est pas vraiment faite dans les meilleures conditions.


Je me vois encore sur la banquette arrière de la voiture de mes parents à lire, relire et re-relire la boîte de The Legend of Zelda: Link’s Awakening et le petit livret à l’intérieur. Je rentre chez moi, du haut de mes 7 ans, avec la plus grande des envies de jouer et mes compétences limitées. J’ai joué pendant 3 heures, et j’étais bloqué. Impossible de continuer l’aventure, je ne savais pas où aller, j’étais bloqué dans une quête que je n’arrivais pas à terminer. Je tournais en rond. J’ai abandonné.


Bien des années plus tard, j’ai tout de même pris ma revanche grâce au remake sorti sur Switch en 2019. Le jeu une fois fini fait beaucoup moins peur finalement, même si j’avoue avoir utilisé la solution à quelques moments. Enfant j’aurais été incapable de le terminer.


Il fallait que je teste par moi-même (The Legend of Zelda: Ocarina of Time)


Après une première expérience mitigée et un arrêt rapide, j’ai mis sur pause tout achat de Legend of Zelda, et mes parents tout achat de consoles de toute façon. Dix ans plus tard, avec l’argent que j’avais mis de côté, je me décide donc à me procurer une N64 et The Legend of Zelda: Ocarina of Time, le plus culte des Zelda.


J’ai eu le temps d'oublier ma précédente expérience avec Zelda, je suis donc dans les meilleures conditions pour tenter cette nouvelle expérience qui date déjà de décembre 98 (date de sortie du jeu en Europe).


Ce jeu a été une révélation pour moi, j’ai tout de suite été impressionné par la richesse de l'univers. Une impression d’open world si tôt dans le jeu vidéo m’impressionnait, l’univers musical était incroyable. J’adorais le fait que l’on voit Link passer du stade de l’enfant à celui d’adulte, que l’on puisse se déplacer à cheval ou encore la durée de vie du jeu incroyable. J’ai très vite compris pourquoi c’était l’épisode le plus adulé de la série.


Les Zelda que j’ai loupé (The Legend of Zelda : The Wind Waker et Skyward Sword)


N’ayant pas eu l’occasion d’y jouer, je ne vais pas pouvoir en dire grand chose. Niveau graphisme, ce Zelda: The Wind Waker est totalement novateur et unique. Les critiques de l'époque sont unanimes, c’est le Zelda indispensable qui accompagne la Gamecube. Même si sur Nintendo Switch on a déjà notre lot de remake, c’est sans aucun doute le remake que j’attends le plus (avec un Mario Smash Football…).


À l’inverse Zelda: Skyward Sword est celui que j’ai loupé et pour lequel je n’ai pas ressenti le besoin de rattraper. Sans doute dû au fait que le gameplay de celui-ci dépendait du nunchuk de la Wii. Il faut croire que Nintendo a su lire dans mes pensées (ou pas) en annonçant le Remake HD de The Legend of Zelda: Skyward Sword il y a quelques jours. 


L’expérience la plus aboutie à ce jour (The Legend of Zelda : Breath of the Wild)


Dernière expérience en date (si on exclut le remake de Link’s Awakening) et non des moindres The Legend of Zelda : Breath of The Wild. Ce jeu en lui-même justifie l’achat de l’achat Nintendo Switch. Il fait partie aujourd’hui de mes indispensables. L’ambiance, le gameplay, la durée de vie, la difficulté, les donjons, … ce jeu est un exemple de ce qu’il se fait de mieux aujourd’hui. Il opérait un très grand changement avec les Zelda précédents mais s’impose déjà comme une référence pour les suivants. 

Sorti en 2017, la suite de ce hit se fait attendre et la communication autour de Breath of The Wild 2 se fait encore trop discrète malheureusement.


La petite déception made in Nintendo Direct


Sans vouloir finir sur une mauvaise impression, on retiendra également le Nintendo Direct du 17 février. On s’attendait notamment à des annonces concernant l’anniversaire de la licence, mais surtout des nouvelles du très attendu The Legend of Zelda : Breath of the Wild 2. 


On peut effectivement se sentir coupable d’avoir créé trop d’attente vis à vis de ce Nintendo Direct, mais le producteur de la saga, Eiji Aonuma, en était bien conscient également:


“Je suis sûr que beaucoup d’entre vous se sont dit en me voyant : 'Ah ça y est ! On va enfin avoir des infos sur la suite de The Legend of Zelda : Breath of the Wild !' Désolé. Le développement continue de suivre son cours et nous devrions pouvoir vous en dire plus cette année".


Et on se contentera donc de la version HD de The Legend of Zelda: Skyward Sword…